Newsletter: Informations lutte contre le dopage

LE DOPAGE, C'EST QUOI ?

Se doper , qu’est-ce que cela veut dire ?
Se doper, c’est absorber des substances chimiques pour améliorer ses performances physiques
et mentales : courir plus vite, sauter plus haut, être plus résistant, lutter contre le stress…
Selon le comité international Olympique : « le dopage consiste à administrer des substances
appartenant à des classes interdites d’agents pharmacologiques et ou utiliser différentes
méthodes ».
On pense souvent que le dopage concerne uniquement les sportifs de haut niveau…pas
seulement ! il concerne tous les sportifs et notamment les sportifs dans les clubs qui sont
souvent moins bien suivis médicalement.

Menu:

Le dopage est interdit car tout d’abord il est dangereux pour la santé des sportifs.
le dopage entraine l’utilisation de produits dangereux qui peuvent entrainer de graves pathologies
mais aussi des dépendances à certaines substances, et parfois même des troubles du
comportement.
Le dopage est interdit aussi car en fait le sportif dopé améliore artificiellement ses performances
(aux dépens de sa santé) par rapport aux autres concurrents et donc il triche !

Pour détecter les tricheurs, les fédérations sportives pratiquent des contrôles réguliers et parfois
inopinés, c’est-à-dire sans prévenir les sportifs. Les contrôles antidopage consistent en des
prises de sang et des prélèvements d’urine. Des laboratoires spécialisés vont rechercher les
traces des substances considérées comme des substances dopantes dans ces échantillons. Il
existe une liste des substances interdites considérées comme dopantes.
La loi antidopage prévoit l’obligation d’alerte du médecin qui se trouve en contact avec un sportif
dopé. Celui-ci doit aussi informer son patient des risques encourus. Des sanctions pénales
peuvent être appliquées. Les sportifs sont disqualifiés et leurs résultats invalidés.
La passion du sport et la préservation de ses valeurs sont les engagements de tous les sportifs et
notamment ceux de GLM !
Ce que vous devez savoir en tant que gymnaste GLM et parents de gymnaste…
Le dopage est interdit par les fédérations sportives, la FFGYM et par votre club GLM.

Un organisme national et un organisme international luttent contre le dopage. Ils sont à connaitre :
Pour la France : AFLD Agence Française de Lutte Contre le Dopage
Pour l’International : AMA Agence Mondiale Anti-Dopage
L’AMA oeuvre en faveur d’un monde où tous les sportifs évoluent dans un environnement sans
dopage. L’histoire du logo de l’AMA :
La forme carrée du logo représente les règles du jeu qui doivent être respectées. La couleur noire
évoque la neutralité. C’est la couleur traditionnelle de l’arbitre. Le « signe égal » évoque l’équité et
la loyauté. Il est dessiné avec une touche humaine reflétant l’individualité de chaque athlète. La
couleur verte évoque la santé, la nature et la couleur des terrains de jeu.
Le slogan de l’AMA est « Franc Jeu ». En conjonction avec le logo de l’AMA, « Franc Jeu »
exprime les valeurs fondamentales de l’Agence et sert de principe directeur aux sportifs de tous
niveaux. Pour l’AMA, le principe de tous les sports, c’est l’égalité des chances.

Une alimentation saine, variée et équilibrée devrait vous permettre de couvrir amplement les
besoins en nutriments des sportifs. Dans les cas particuliers, où l’alimentation classique ne suffirait
pas à couvrir les besoins en nutriments, des sportifs pourraient être tentés de prendre des
compléments alimentaires. Les conseils d’un expert en nutrition sont alors fortement conseillés.
Les compléments alimentaires ne sont pas interdits dans le sport, et ne se trouvent pas sur la liste des substances interdites de l’Agence mondiale antidopage. Toutefois, il faut faire preuve d’une extrême vigilance lorsqu’il s’agit de prise de compléments
alimentaires car ils peuvent présenter des risques pour la santé, par exemple des effets
secondaires ou le développement d’une conduite à risque pouvant entrainer le sportif vers l’usage
de produits dopants ou de méthodes dopantes.
Certains compléments alimentaires contiennent des substances interdites mentionnées dans la
liste des ingrédients figurant sur l’étiquette ou l’emballage, qu’il appartient au sportif de consulter.
En outre, l’industrie des compléments alimentaires n’étant pas régulée comme celle des
médicaments, les produits pourraient contenir des substances interdites qui ne sont pas
indiquées sur l’étiquette ou l’emballage. La prise de compléments peut donc conduire à un résultat
positif à la suite d’un contrôle antidopage, entraînant ainsi une violation des règles antidopage et
éventuellement une sanction.
Malheureusement, les cas de sportifs sanctionnés pour une violation des règles antidopage
résultant du dopage par des compléments alimentaires y compris contaminés, sont de plus en plus
nombreux. Même si le sportif n’avait aucune intention de se doper, il pourrait écoper d’une
suspension allant jusqu’à 4 ans (selon la substance, le degré de faute ou la violation des règles
antidopage). C’est le principe de responsabilité objective : le sportif est responsable de toutes
substances retrouvées dans son organisme.Le principe fondamental de responsabilité objective implique, de la part d’un sportif et quel que
soit son niveau, une vigilance accrue vis-à-vis de sa pratique sportive.
Il faut donc être vigilant lors de l’achat de compléments alimentaires, notamment sur internet et se
tenir informé auprès de son entraineur, son médecin ou demander à tout autre organisme de la
réglementation anti-dopage car même les produits naturels ou à base de plantes peuvent contenir
des substances interdites et conduire à un contrôle positif

En parler aux entraineurs qui peuvent adapter vos entrainements !
Retrouver une bonne hygiène de vie : Sommeil, Alimentation Saine
Si besoin, Prendre un rendez-vous médical et informer son médecin de sa pratique sportive
(discipline, niveau) lors de toute visite donnant lieu à une prescription médicale et ne pas hésiter à
lui demander conseil en cas d’automédication.

Prévenir l’entraineur, et lui présenter l’ordonnance !
En cas de compétitions nationales, vérifier avec lui si les médicaments prescrits ne sont pas sur la
liste des interdictions AFLD. Normalement, si le médecin a été correctement informé tout doit être
conforme. Toujours avoir sur soi l’ordonnance en cas de contrôle.

Il existe les Autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT), différents des
ordonnances, qui permettent aux sportifs de suivre un traitement à base de médicaments
contenant une substance interdite.
Les demandes d’AUT sont examinées par au moins trois médecins experts désignés par l’AFLD.
L’AFLD notifie la décision d’accord ou de refus de l’AUT directement au sportif.
Si accordée par l’AFLD : la garder précieusement avec soi et la présenter à chaque compétition
lors d’un contrôle antidopage.
Si refusée par l’AFLD : le gymnaste peut présenter une nouvelle demande complète prenant en
compte les motifs du refus par les médecins experts.
Une AUT délivrée par l’AFLD n’est valable qu’au plan national. Si vous participez à une
manifestation internationale, l’AUT ne sera valable que si elle est reconnue par la fédération
internationale ou l’organisateur responsable de la manifestation. Dans ce cas, nous vous invitons à
vous rapprocher de l’organisation concernée. La demande complète d’AUT doit être envoyée au moins 30 jours avant le début de la
compétition pour laquelle le sportif aura besoin d’une AUT.
Chaque formulaire de demande d’AUT est à adresser par envoi recommandé avec accusé de
réception à : AFLD – Service médical, 8 rue Auber, 75009 PARIS
IMPORTANT : c’est la date de réception par l’AFLD qui fait foi !
L’AMA a annoncé le 30 Septembre 2019 la publication de la liste des substances et méthodes
interdites qui entrera en vigueur le 1er Janvier 2020. Elle énumère les substances et méthodes qui
sont interdites en compétition et hors compétition ainsi que les substances interdites dans certains
sports. Elle sera traduite en droit français par décret dans le courant du mois de décembre 2019.

Les chiffres clés en 2018 de l’AFLD
12 763
Échantillons traités par le Département des analyses
306
Dossiers disciplinaires examinés
8 198
Prélèvements recueillis dans le cadre du PAC (Programme annuel des contrôles)
134
Résultats anormaux soit 1.74 % des prélèvements réalisés dans le cadre du PAC (Programme
annuel des contrôles
337

Merci à Karine Hurpeau, Cécile Ballon et Andrée-Laure Herr pour leur investissement au sein de la commission santé GLM et pour ce message important concernant le dopage !!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *